Quand un arbre meurt…

Un Arbre vit longtemps mais pas éternellement. Petit à petit il va mourir après avoir poussé parmi ses pairs dans un environnement qu’il a apprivoisé au fil des ans. Son écorce a forci, son tronc s’est élevé toujours plus haut vers le ciel. Il a pris des coups, il a été agressé, puis il a cicatrisé et son enveloppe a intégré la blessure et il a continué sa croissance. Hélas parfois, souvent, l’homme accélère aussi sa chute.
Mais quand un arbre meurt de vieillesse dans nos forêts, il arrête naturellement de porter des fruits, des bourgeons et des feuilles, la sève se retire peu à peu car le temps est venu de redevenir humus.

Et pourtant, bien avant de disparaître complètement, ce qui peut prendre des dizaines d’années, il rend encore de nombreux service à dame nature : Le tronc et les racines vont servir d’abris et de terriers pour les oiseaux et les petits mammifères. Les champignons vont participer à une tranquille décomposition. Lentement l’arbre se transforme en nutriments puis en terreau pour régénérer la terre et servir biotope local. Des insectes et des animaux microscopiques transformeront le bois pour enrichir le sol pour un nouveau cycle de vie …et cela depuis l’émergence de la terre à l’origine de notre planète.
Quand un arbre meurt, la forêt et ses habitants pleurent-ils ? Loin de devenir inutile l’arbre mourant ou mort reste essentiel pour la survie de la forêt tout entière. Un arbre qui se meurt annonce la vie qui renaît.

Et nous humains qui nous pensons immortels, qu’en est-il de notre fin de vie ? A qui ? A quoi servira notre mort ? Voila une question inspirante…jusqu’à notre dernier souffle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *